Antoinette Fouque - France Culture

Antoinette Fouque - France Culture

Une société d'édition pour la littérature féminine

Espaces de débats, les librairies inaugurées par Antoinette Fouque (Découvrez la page Franceculture.fr de Antoinette Fouque) ouvrent leurs portes jusqu'à minuit. A force de côtoyer les cercles intellectuels,, la militante s'aperçoit combien les femmes tiennent peu de place dans le secteur du livre. Grâce à des centaines de livres voués à la création féminine, la société d’édition d’Antoinette Fouque permet à de multiples auteurs de sortir de l'anonymat. Au début des années 1970, elle fonde sa société d'édition, Les Editions des femmes, en même temps que les Librairies des femmes sur Marseille, Lyon et Paris.

C'est à Marseille que se passe son enfance. En 1964, Antoinette Fouque devient maman. Elle prend alors conscience des complications qu’une femme rencontre lorsqu’elle doit assumer ses statuts de mère et de femme tout en exerçant un métier. Elle conservera toute son existence un fort ancrage à gauche de son enfance passée dans un quartier prolétaire. Antoinette Fouque fait d'abord des études à Aix-en-Provence puis rejoint La Sorbonne. Elle rencontre son époux quand elle est étudiante.

Antoinette Fouque défend les femmes en luttes sur toute la planète

Antoinette Fouque s’engage par exemple aux côtés de l'opposanteAung San Suu Kyi face à au régime militaire en Birmanie. l’Observatoire de la Misogynie, Le Collège de Féminologie et le Club Parité 2000 ont été fondés par cette militante. Lors d'une manifestation du Mouvement de libération des femmes sous l'Arc de Triomphe, Antoinette Fouque agite une banderole qui dit : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ».

Antoinette Fouque, auteure et théoricienne

Antoinette Fouque utilise le terme "féminologie", car elle abhorre les "-isme" qui réfèrent à une théorie. L'auteure se différencie de l'essayiste Simone de Beauvoir et sa notion du deuxième sexe. Bien sûr, Antoinette Fouque a pris part à plusieurs livres collectifs ainsi qu'à de multiples entretiens. En 2013, elle est à l'initiative de l'ouvrage "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui met en lumière quarante siècles de création des femmes sur toute la planète.

Après des études supérieures en Lettres, Antoinette Fouque a été enseignante. Le groupe nommé Psychanalyse et Politique, l'un des courants du mouvement MLF, a été fondé par cette grande militante. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, la jeune femme obtient un Diplôme d'études approfondies. C’est pendant cette période qu’elle côtoie Monique Wittig, théoricienne féministe. En plus de sa mission d'enseignement, Antoinette Fouque collabore avec différentes sociétés d'édition.

Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque s'éloigne du MLF lorsqu'elle s'envole pour les USA. Le MLF, à cette époque en proie à des querelles intestines, perd de l’influence. Dans le but de prévenir toute récupération par les partis, le sigle MLF a été déposé. Avec d’autres militantes, Antoinette Fouque enregistre le Mouvement de libération des femmes avec le statut d’une association, à la fin de la décennie 70. Cette théoricienne du féminisme a fondé le Mouvement de Libération des Femmes avec le soutien de différentes militantes.

Articles